Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au jeudi, de 14h à 19h
et le vendredi et samedi, de 11h à 19h

17, rue Guénégaud
Fr – 75006 Paris

téléphone + 33 1 43 29 48 64
galerie@da-end.com
www.da-end.com

Portrait par Anaïs Montevecchi

La galerie Da-End, frappe par sa singularité. En effet, Satoshi Saïkusa et sa compagne Diem Quynh ont fait le choix d'une architecture relevant plus du cabinet de curiosité que de l'habituel white cube. Ecrin scénographié et incarné où l'univers des artistes rencontre celui des galeristes, une visite à la galerie Da-End permet l'exploration d'un monde de l'entre-deux à la limite du réel et de l'imaginaire.

La galerie Da-End est installée 17 Rue Guénégaud, dans le 6e arrondissement de Paris, à deux pas des Beaux Arts et de la Monnaie de Paris.

Ce qui frappe dès le seuil de la galerie, c'est la singularité de son architecture. D'emblée, nous sommes plongés dans un univers où flotte une atmosphère particulière : le parquet au sol est noir, les murs sont peints dans des tons chauds et sombres, rehaussés par une frise décorative baroque. Au centre de la première salle, que l'on découvre après avoir gravi quelques marches, trônent deux méridiennes de velours brun, qui invitent à l'abandon et à la contemplation des œuvres.

Bercés par un air de musique, il flotte une douce odeur d'encens et de café, qui nous indique que les galeristes ne sont pas loin. En effet, l'accueil ne se fait pas attendre, incarné, chaleureux, à l'image de cet espace si loin des white cubes qui prévalent aujourd'hui dans le milieu des galeries d'art contemporain.

La galerie a été créée en 2010 par le photographe japonais Satoshi Saïkusa et sa compagne Diem Quynh, avec la volonté de créer un lieu d'échange, pour « faire se rencontrer des artistes et des créatifs de disciplines diverses et variées ».

« Nous n'étions pas des marchands au départ, nous avions l'ambition de monter un projet artistique tout en conservant notre liberté de choix, sans avoir à se soumettre aux lois du marché ou à un certain art officiel », explique Diem Quynh, historienne de formation.

Rapidement, l'idée de fonder une galerie s'impose mais Diem Quynh et Satoshi Saïkusa veulent surtout créer « un lieu d'exposition qui ne soit pas neutre, conçu dès le départ avec une forte identité. L'objectif était de proposer aux artistes de dialoguer avec l'espace, et aux visiteurs de découvrir des œuvres contemporaines de manière plus intime et interactive ».

Le modèle du cabinet de curiosités est un fil conducteur des projets de la galerie : on le définit comme un microcosme où prennent place des objets découverts et collectionnés provenant de la nature et des créations de l'homme. On n'y trouvait à l'origine des objets mémorables, hétéroclites et inédits, provenant parfois des recherches scientifiques. Cela fait écho à l'envie des galeristes de partir à la découverte d'artistes émergents et de leur donner un espace de visibilité. « Nous voulons croiser les disciplines, permettre les rencontres entre artistes émergents et confirmés, tous ces échanges qui posent questions, donnent richesse et sens au milieu de l'art contemporain ».

C'est donc autour de cette esthétique que Diem Quynh et Satoshi Saïkusa ont créé leur univers, à la fois accueillant, singulier et intrigant.

Pour ces galeristes d'un autre genre, la scénographie est primordiale et ils s'attachent, au sein de la galerie comme sur les stands des foires auxquelles ils participent, à mettre en scène les œuvres présentées, travailler l'éclairage de manière à les faire émerger de l'obscurité ou associer les travaux de différents artistes pour créer une narration.

Chaque année au printemps, ils organisent une grande exposition sur le thème du cabinet de curiosités, mêlant des artistes de la galerie, des artistes invités rencontrés dans l'année, des œuvres tribales prêtées par des galeries spécialisées ou des collectionneurs amis, parfois des pièces d'artisanat d'art… « C'est un moment de fête qui est devenu un rendez-vous incontournable pour nos artistes et le public, et où tout le projet de la galerie prend sens : échanges artistiques, décloisonnement des médiums, élaboration d'un thème et d'une scénographie soigneusement méditée ».

Le reste du temps, la galerie est un écrin de choix pour présenter les nouvelles œuvres de la dizaine d'artistes internationaux qu'elle représente et avec qui les galeristes entretiennent des relations privilégiées, basées sur la confiance et la collaboration.

Il s'agit en effet de trouver des artistes dont la vision se mêle tout en se confrontant au projet de la galerie et ainsi faire émerger de nouveaux territoires.

Ces artistes ont tous en commun un monde de l'entre-deux, à l'identité forte et poétique, parfois transgressive à l'instar de Nieto, dernière recrue de la galerie, qui avait choqué au Salon de Montrouge 2015 avec son univers « perversioniste ».

La maîtrise technique est un critère de choix, et les artistes doivent d'abord partir de cette maîtrise indispensable pour développer ensuite une recherche du sensible, une narration, une fiction, afin d'emporter le spectateur dans des mondes à la limite du réel et de l'imaginaire.

Bien entendu, une proposition si atypique peut bousculer, déranger, impressionner, mais c'est cela que l'on apprécie chez ces deux passionnés, qui ne craignent pas de dessiner les contours singuliers de leur vision de l'art d'aujourd'hui.

Expositions

Cabinet Da-End 05, 2015, Paris, Fr. Courtesy Galerie Da-End
Cabinet Da-End 04, 2014,Paris, Fr. Courtesy Galerie Da-End
Derrière Vénus, 2016, Paris, Fr, Courtesy Galerie Da-End
Lucy Glendinning & Markus Akesson, The milk of human kindness, 2016, Paris, Fr. Courtesy Galerie Da-End
Nieto, L'Apocalypse de Nieto (ou ébauches d'un thaumaturge constipé), 2016, Paris, Fr. Courtesy Galerie Da-End

Artistes

Marion Catusse

Lucy Glendinning

whisper-whisper-in-my-ear-2015
Galerie Da-End
Lucy Glendinning
Whisper, whisper in my ear, 2015
Jesmonite, tissus effet velours

25 x 19,5 x 5 cm
900.00 euros
prayer-for-life-2015
Galerie Da-End
Lucy Glendinning
Prayer for life, 2015
Cire, jesmonite, plumes, bois, pigments

45 x 37 x 20 cm

Apolline Grivelet

Sarah Jérôme

rock-2013
Galerie Da-End
Sarah Jérôme
Rock, 2013
Technique mixte sur papier calque

49 x 27 cm
1000.00 euros
danae-recevant-la-pluie-d-or-2015
Galerie Da-End
Sarah Jérôme
Danaé recevant la pluie d'or, 2015
Technique mixte sur papier calque

300 x 152 cm

Mike Mackeldey

morphyn-2014
Galerie Da-End
Mike Mackeldey
Morphyn, 2014
Technique mixte sur toile

71 x 59 cm

Daido Moriyama

Nieto

oedipe-2016
Galerie Da-End
Nieto
Oedipe, 2016
Chêne, verre, acétate, vidéo pseudo-holographique

144 x 58 x 39 cm

Cendrine Rovini

Toshio Saeki

sans-titre-2010
Galerie Da-End
Toshio Saeki
Sans titre, 2010
Editions Da-End
Serigraphie sur papier de mûrier (washi shin-kozo-shi)

52 cm x 39 cm
sans-titre-2010
Galerie Da-End
Toshio Saeki
Sans titre, 2010
Editions Da-End
Sérigraphie sur papier de mûrier (washi shin-kozo-shi)

103 x 73 cm
sans-titre-2010
Galerie Da-End
Toshio Saeki
Sans titre, 2010
Editions Da-End
Sérigraphie sur papier de mûrier (washi shin-kozo-shi)

52 x 39 cm

Satoshi Saïkusa

boxe-2016
Galerie Da-End
Satoshi Saïkusa
Boxe, 2016
Tirage pigmentaire sur papier archive

10 x 15 cm
999.00 euros
wurakawi-2016
Galerie Da-End
Satoshi Saïkusa
Wurakawi, 2016
Tirage pigmentaire sur papier archives

Deux photos de 10 x 18 cm (diptyque)
gazouillements-i-2016
Galerie Da-End
Satoshi Saïkusa
Gazouillements I, 2016
Tirage au procédé charbon

43 x 70 x 10 cm
gazouillements-ii-2016
Galerie Da-End
Satoshi Saïkusa
Gazouillements II, 2016
Tirage au procédé charbon

43 x 70 x 10 cm

Carolein Smit

unicorn-i-2013
Galerie Da-End
Carolein Smit
Unicorn I, 2013
Céramique

H 77 cm

Mitsuru Tateishi

sans-titre-2015
Galerie Da-End
Mitsuru Tateishi
Sans titre, 2015
Huile sur toile

114 x 162 cm

Nicolas Tolmachev

Paul Toupet

Markus Åkesson

tic-pastor-2013
Galerie Da-End
Markus Åkesson
Tic Pastor, 2013
Verre soufflé, sablé et gravé

L : 32 cm